S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Boite à outils


Discussions actives (+ commentaire)


Copyright / Licence

 Les Textes et Photos de ce site 
sont Copyright et sous License :
" Common Creative "
cc-by-nd-nc


Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

 Le Papillon palmivore ( Paysandisia Archon )

Une Solution : Les Nématodes

  • André
  • Mardi 16/07/2013
  • 08:58
  • Version imprimable

Mots-clés :

 Dans le sud de la France, de nombreux propriétaires décorent leur jardin avec un ou plusieurs palmiers qui au bout de quelques années développent un très beau feuillage donnant de l'ombre à la piscine des enfants :



 Puis un jour, on découvre que le beau palmier est malheureusement atteint par des larves qui dévorent le coeur de ses palmes à leur base :



Trous des larves en phase avancée du grignotage, à la base des palmes





Une larve extraite (en phase de devenir papillon) permet rapidement de découvrir qu'il s'agit du Papillon palmivore, le Paysandisia Archon ! :



Et la larve devient papillon : il est beau et grand, entre 8 et 10 cm d'envergure :


Papillon Paysandisia Archon 



Que faire ? De quoi s'agit-il ? comment y remédier ?

 Sur Internet, j'ai vu que l'on devait déclarer cette maladie du palmier. J'ai donc contacté par téléphone la mairie de mon domicile qui ne m'a été d'aucun secours ! Elle a simplement noté l'appel, sans vouloir rien faire, en me disant que les palmiers communaux avaient été traités !!!!

Après avoir contacté une grande jardinerie - paysagiste, la solution proposée est la suivante :
- Couper les palmes abîmées
- Introduire des bactéries tueuses des larves de papillon palmivore, les Nématodes !



Les Nématodes sont des tout petits vers ronds qui vont se nourrir des larves et ainsi les tuer à leur tour ---> Tratement Bio par les Nématodes 


Pâte fine contenant les Nématodes 

C'est donc la solution retenue et d'abord pour couper les palmes abîmées, mais il fallait aussi couper des palmes non abîmées pour pouvoir accéder avec la tronçonneuse. 

Premier résultat : la catastrophe ! Le palmier a complétement changé de look ! et plusieurs trous de larves ont été découverts !



Une fois taillé, j'ai pu le traiter avec les Nématodes. L'arbre doit être mouillé l'après-midi pour un traitement le soir losrqu'il fait plus frais. Les Nématodes sont introduites par pulvérisation dans le coeur, dans les trous et sur le tronc (prendre un pulvérisateur contenant 5 litres d'eau, mélanger la poudre de nématodes, et ouvrir le jet du pulvérisateur en grand ( > 5 mm ), pour que les petits vers puissent passer).
Attention : Les Nématodes ne se conservent que quelques semaines au réfrigérateur ....

Bien que touché à plusieurs endroits (cf les trous sur les photos ci-dessus) le haut du coeur de mon palmier semble intact avec de belles palmes neuves pointant vers le ciel, alors attendons de voir l'évolution dans quelques mois ....

 Une tronçonneuse élageuse à 100€

Autrefois réservées aux élagueurs professionnels, les tronçonneuses élagueuses étaient peu répandues et très chères à l'achat. Or depuis quelques temps on peut trouver ce type de machine entre 100 et 130€ sur internet ou dans les grandes surfaces de bricolage. Nous avons donc voulu la tester pour voir son efficacité.

Une tronçonneuse élagueuse se distingue d'une tronçonneuse normale par sa poignée qui ne se situe pas derrière la machine mais sur le dessus. Cela permet de la tenir d'une seule main pour pouvoir atteindre les branches tout en se tenant à l'échelle ou à une grosse branche. Son poids est aussi réduit aux environs de 3,5 kg, ce qui la rend particulièrement maniable.

Le modèle présenté est disponible sous de nombreuses marques et couleurs différentes mais la base reste identique. Elle est dotée d'un guide de 25cm avec un moteur de 25 cm3.
A l'utilisation elle se révèle très agréable avec son poids réduit. Le moteur démarre sans problème grâce au starter et à la poire d'amorçage, même après une longue période de non utilisation. La coupe est rapide avec une chaîne d'origine bien affûtée et qui ne s'use pas trop rapidement.
On pourra juste noter une puissance un peu faible sur les branches de fortes section (>15cm) où il ne faut pas trop appuyer mais il est possible de couper bien plus gros (25 à 30 cm). L'autonomie est aussi un peu faible du fait de son petit réservoir mais permet largement d'élaguer un ou deux arbres avant de refaire le plein.
Elle dispose d'un anneau qui permet de la suspendre avec un mousqueton, ce qui est bien pratique afin d'avoir les mains libres pour monter ou descendre de l'arbre (ne pas oublier de couper le moteur lorsqu'elle est suspendue).
Enfin il faut également se méfier car, du fait de son faible poids et de sa maniabilité, on a tendance à la tenir moins fermement et à faire des gestes plus rapides qu'avec une tronçonneuse traditionnelle, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une vraie tronçonneuse avec tous les risques que cela comporte.

Pour quel usage :
Bien entendu son domaine de prédilection sera la coupe et l'élagage des arbres en hauteur. Elle pourra aussi convenir pour abattre des arbres de taille moyenne ou une haie.
Enfin si vous ne devez avoir qu'une seule tronçonneuse elle pourra aussi remplacer honorablement une tronçonneuse d'entrée de gamme avec son guide de 35cm.

Tarif :
de 100 à 130 €

 Affûter les lames d'un taille haies

Qu'il soit électrique ou à essence un taille haies à besoin d'avoir des lames bien affûtées pour faciliter la couper et éviter que le moteur ne force.

L'affûtage doit être effectué dès que l'on sent que la coupe est plus difficile ou si les dents sont émoussées. Il existe deux grandes familles de taille haies ceux avec des lames à action réciproque ou les deux lames bougent et ceux avec seulement la lame du dessus qui bouge (principalement sur les petits taille haies électriques) dans ce second cas on affûtera que la lame mobile, la contre-lame doit présenter des arêtes à 90°.
Pour se faire il existe deux méthodes différentes : à la main avec une lime ou avec une mini perceuse électrique. Dans les deux cas il est possible de le faire avec les lames en place mais il sera plus aisé de le faire avec les lames démontées. Le démontage est certes plus long mais l'affûtage est plus facile et cela permet aussi de contrôler l'état du mécanisme d'entraînement, de le nettoyer et de le regraisser.

Après avoir démonté les lames, les serrer dans un étau pour éviter qu'elles ne bougent pendant l'affûtage.

→ plus

 Regler les soupapes de son autoportée

 Votre tracteur tondeuse à du mal à démarrer ! Lorsque l'on actionne le démarreur le moteur commence à se lancer puis se bloque avec un grand bruit, il y a de fortes chances que ceci soit du à un retour causé par une mauvaise décompression.
En effet ces moteurs comportent un système automatique de décompression au démarrage qui soulève légèrement la soupape d'échappement pour diminuer les efforts du démarreur. Si les soupapes sont mal réglées (jeu trop important) la décompression ne pourra pas se faire correctement. Ceci évitera aussi de griller le démarreur.
Un réglage correcte des soupapes est aussi important pour que le moteur tourne bien, il est donc conseillé de le vérifier régulièrement suivant l'utilisation du tracteur (en début de saison de tonte par exemple).

 L'exemple suivant montre comment régler les soupapes d'un moteur mono-cylindre dit OHV (à soupapes en tête) qui est le type le plus courant sur les auto-portées non professionnelles. Le moteur est un tecumseh 12CV mais les autres marques ont un système similaire.
Sur ce moteur la valeur de jeu est d'environ 0.1 mm (1/10ème), pour obtenir la bonne valeur il faut se référer à la notice d'entretien ou de spécification du moteur.

 Avant toute action commencer par débrancher la bougie et la batterie du tracteur afin d'éviter tout risque d'accident.

 Pour commencer il faut pouvoir accéder au cache culbuteur (la gamelle en tôle sur la culasse), on peut faire l'opération sans enlever la carrosserie mais il sera plus aisé d'essayer de la basculer comme sur la photo (2 vis à enlever sur le pare-chocs avant) :



 Ensuite on ouvre le cache culbuteur pour accéder aux vis de réglage. Attention il y a une petite quantité d'huile à ce niveau, il faut donc prévoir un bac en dessous pour la récupérer.

 Avec un jeu de cales on commencera à mesurer le jeu existant pour vérifier les valeurs. Pour mesurer ce jeu sur une soupape, il faut tourner le moteur à la main (ou mettre un cliquet sur l'écrou de fixation de la poulie). Lors de la rotation du moteur on voit les soupapes s'enfoncer alternativement, lorsqu'une des soupape est enfoncé au maximum on mesure le jeu de l'autre en insérant une cale entre le haut de la soupape et la face de contact avec le culbuteur. La cale de la bonne taille doit passer sans trop forcer (il est possible de superposer plusieurs cales pour avoir la bonne épaisseur.

 Pour le réglage il faudra desserrer le contre-écrou avec une clé d'environ 1/2 tour puis resserrer progressivement la vis en vérifiant le jeu avec la cale de la bonne épaisseur :


 Une fois le bon réglage obtenu il faut resserrer le contre-écrou tout en maintenant la vis en position (voir photo) pendant le serrage pour éviter que le réglage ne change lors du serrage du contre-écrou.

 Après avoir réglé les deux soupapes faites faire 2 ou 3 tours au moteu,r puis revérifier que le jeu est correct.
 
 Remonter le cache culbuteur, rebrancher la batterie et la bougie et contrôler le niveau d'huile. Le moteur devrait maintenant beaucoup mieux démarrer sans à-coups.

 Remplacer les roulements de lame d'une tondeuse autoportée

Si lors de l'enclenchement des lames sur votre tracteur tondeuse (ou tondeuse autoportée) la machine émet un fort bruit de rotation, il est fort probable que les roulements de l'arbre de lame soient usés. Même si la tonte est toujours possible le remplacement sera à envisager.

Le remplacement sera faisable pour un bon bricoleur avec un minimum d'outillage. En règle générale l'extraction et la pose des roulements se fait avec une presse hydraulique mais vous n'en disposez pas l'opération pourra se faire avec un extracteur. Vu le prix d'un extracteur il n'est pas conseillé d'envisager une autre méthode (marteau par exemple) à moins que vous ne soyez réellement obligé de le faire et en prenant beaucoup de précaution avec des cales en bois et un jet en bronze pour ne pas abîmer les pièce.

Les modèles d'arbre porte lame sont différent suivant les marques de tracteur mais la procédure est relativement similaire. Ici le remplacement concerne un tracteur tondeuse MTD B10 avec 2 lames à éjection latérale (référence roulements : 6204-2RS).

La première étape consiste à déposer le plateau de coupe. pour se faire débrancher la bougie, amener le plateau en position la plus basse (penser à repérer les trous de fixation des biellettes en prenant des photos par ex), enlever les goupilles des biellettes et abaisser le plateau au sol. Ne pas tenter d'enlever avant le ressort de rappel du plateau, celui-ci se détendra tout seul lorsque les biellettes seront enlevées.

Une fois le plateau enlevé : 
Avant tout démontage penser à bien lubrifier les vis avec un dégrippant car il est fort probable que celles-ci soient bloquées par de la rouille.
Enlever les carter de protection des poulies.
Puis desserrer l'écrou de la poulie en bloquant la rotation avec une cale en bois contre la lame. Puis démonter la lame. Sur MTD B10 les vis ont un pas standard mais il est possible d'avoir un pas à gauche sur certains modèles, vérifier le sens des filets avant le desserrage.

Pour extraire la poulie utiliser un extracteur en prenant appui sur la face inférieure. 


Démonter les supports de roulements du plateau (3 écrous).

Extraire l'axe en se servant de nouveau de l'extracteur. Puis séparer les 2 demi-coquilles afin d'accéder aux roulements.


Pour extraire les roulements si on ne dispose pas de presse on pourra se servir d'un étau en prenant appui sur des cales en bois à l'arrière du support et en intercalant une douille pour pousser sur le roulement.

Nettoyer l'ensemble des pièces et enlever la rouille. On pourra re-protéger les parties abîmées avec un produit spécial (convertisseur de rouille) ou de la peinture.
Pour le remontage enduire généreusement toutes les pièces de graisse, ce qui facilitera l'assemblage ainsi qu'un éventuel futur démontage tout en les protégeant de la corrosion.

Reposer les nouveaux roulements en utilisant l'étau comme presse. Pour pousser sur le roulement sans l'abîmer on utilisera un des roulements usagé (il ne faut en aucun cas prendre appui sur la bague interne au risque de détruire le roulement).

Pour réinsérer l'axe dans les nouveaux roulement on utilisera l'extracteur à l'inverse du démontage.

Il ne vous reste plus qu'a remonter l'ensemble sur le plateau. Pour réinstaller le plateau positionner en premier le ressort de rappel puis tirer sur le plateau pour remettre les axes des biellettes.

 Eliminer la mousse de son gazon avec des cendres

Mots-clés :

 Au bout de plusieurs années la mousse finit par envahir le gazon surtout dans les régions humides et les zones peu ensoleillées.
Les magasins proposent des produits chimiques pour combattre cette mousse. En général il s'agit de sulfate de fer. Lorsque que l'on applique du sulfate de fer la mousse noircit peu à peu puis il faut l'enlever en la ratissant ou avec un scarificateur. Toutefois il semble que ce ne soit que la partie en surface qui meure car en règle générale elle revient tout autant l'année suivante. Le sulfate de fer est aussi connu pour acidifier les sols et donc favoriser la repousse de la mousse.

 Une autre méthode consiste à répandre les cendres de sa cheminée sur les zones en-moussées. Cela permet à la fois de recycler ses cendres dont on ne sait pas quoi faire et en même temps d'obtenir un beau gazon. 
En outre cette méthode à un intérêt écologique et économique puisque l'on a pas besoin d'acheter et d'utiliser un produit chimique comme le sulfate de fer :



 Après avoir répandu une petite quantité de cendres nous avons pu constater au bout de 2 semaines que la mousse commençait déjà à jaunir (partie de droite sur la photo)...

 Fabriquer une tarière manuelle

Une Tarière est une sorte de gros foret ou de vis sans fin permettant de faire des trous dans la terre ou dans du sable. Elle peut avoir plusieurs utilisations comme faire des trous peu profonds pour planter des poteaux ou des arbres mais aussi servir à creuser un puits pouvant aller jusqu'à environ 10 m de profondeur.
En règle générale le diamètre varie de 70 à 150 mm de diamètre (au delà il serait assez difficile de la faire tourner). 
En tournant le manche de la tarière le pas de vis permet de descendre dans le sol tout en le creusant et de retirer la terre du trou.

Avec quelques outils et des matériaux de récupération (ou neufs) il est possible de s'en fabriquer une et d'adapter les dimensions au travail à réaliser. Le plus difficile sera l'assemblage par soudure de la vis.

Les principaux éléments sont :

  • un tube d'acier (de préférence rond, suffisamment rigide mais pas trop lourd), on pourra par exemple s'orienter vers des tubes de chauffage ayant un diamètre de 3 à 4 Cm.
  • de la tôle pour l'hélice (une épaisseur de 0.8 mm à 1 mm conviendra parfaitement en étant suffisamment solide pour résister aux efforts du creusage mais assez souple pour être mise en forme à la main
  • un plat en acier d'environ 2 Cm de large et 4 mm d'épaisseur pour réaliser une "lame" qui attaquera la terre
Note : l'épaisseur de la tole utilisé influencera directement la résistance de la tarière, une tôle de 0.8 mm conviendra pour creuser dans de la terre légere ou du sable mais ne résistera pas si elle rencontre des pierres. L'idéal pour des terres plus lourdes ou avec pierres sera d'utiliser une tôle de 2 mm qui ne se déformera pas toutefois la découpe et la mise en forme sera nettement plus difficile.

La réalisation commence par la soudure en bas du tube de la "lame" de coupe, Il faut que la lame soit suffisamment bien inclinée pour attaquer la terre et creuser efficacement (un angle de 45 à 55° devrait convenir). Pour plus de facilité il est possible de couper le tube en angle. La soudure de cette pièce est particulièrement importante car c'est elle qui subira la plupart des efforts.

Ensuite pour réaliser l'hélice on commence par découper des disques dans la tôle. Ici les disques font 16 Cm de rayon extérieur avec un trou central de 5 Cm (pour un tube de 3.5 Cm de diamètre). Ceci permet d'obtenir un diamètre de vis d'environ 12 Cm.
Le fait que le trou central du disque est plus grand que le diamètre du tube permet d'étirer la tôle le long du tube qui prendra naturellement une forme d'hélice. 

Avant de commencer à découper il est conseillé de faire un essai avec un disque en carton qui permettra de voir le résultat final et de corriger les éventuels défauts.
4 disques permettront d'avoir une hauteur suffisante (env 30 Cm) pour un travail efficace et pas trop difficile (il faut penser à pouvoir tourner la tarière et sortir la terre du trou).

Pour plus de facilité on pourra préformer les disques en forme grossière d'hélice.

Pour le soudage des disques sur le tube il est possible de les souder séparément, un par un mais il vaut mieux d'abord les assembler ensemble en les soudant en bord à bord, ce qui permettra un meilleur ajustement et d'avoir une hélice plus régulière.

Après avoir souder les disques ensemble on commencera par les souder au niveau de la lame. A l'aide d'une pince (pince étau par ex) on essayera de les étirer au maximum tout en imprimant un mouvement de rotation pour les coller au tube. 

On soude ensuite l'extrémité du dernier disque au tube (cette étape est plus facile à réaliser à 2). Maintenant que l'hélice est soudée en bas et en haut il est possible d'y apporte les derniers ajustements pour avoir une courbe parfaite et régulière. Les disques seront ensuite soudés au tube en réalisant des points de soudure (un poste MIG /MAG est idéal pour cela afin de ne pas transpercer la tôle).

Voila votre nouvelle tarière est maintenant presque finie, il ne reste plus qu'a réaliser :
  • une poignée (de préférence amovible si l'on souhaite pouvoir ajouter des rallonges pour creuser un trou profond)
  • mettre une pointe pour le centrage du trou (un tire-fond soudé fera parfaitement l'affaire)
  • affûter la lame
  • des rallonges pour creuser plus en profondeur



 Pose d'un treillage mural à Rosier grimpant

  • André
  • Mercredi 31/03/2010
  • 22:38
  • Version imprimable

Mots-clés :

  La pose d'un treillage à rosier grimpant parait facile, mais il convient de prendre quelques petites précautions

Implantation :

  Le choix de l'implantation est important. Il tenir compte de l'extension rapide du rosier grimpant le long du mur ... 



  Ensuite il faut choisir la dimension du treillage au dessus du rosier ! Les plus courants sont de dimensions 90X180 cm et 100X300 cm

Fixation :

  Pour fixer le treillage, il faut choisir le nombre de vis, la taille des vis (fines et longues), les chevilles adaptées, et ne pas fixer le treillage aux 4 extrémités ! Il faut placer les vis entre 10 et 15 cm des bords du treillage, et également penser au centre !

Conseil tournevis :

Exemple pour un treillage classique 90X180 cm :
- Acheter 5 vis de diamètre 4 mm et de longueur 5 cm. Prendre également les chevilles à béton adaptées (longueur 3 cm)
- Percer le treillage avec un foret bois, 4 trous de 5 mm de diamètre à environ 15 cm des coins (une 5cinquième vis au centre renforcera l'assemblage en évitatant que le treillage plie ou se brise sous le poids de votre future plante)
- Étendre le treillage à sa taille de pose
- Positionner le treillage sur le mur et marquer les trous de vis avec un feutre
- Percer le mur avec un foret béton, puis placer les chevilles
- Intercaler entre le treillage et le mur soit un petit cylindre de plastique ou une petite cale en bois de 2 ou 3 Cm de longueur pour qu'il ne soit pas collé contre le mur, puis visser en position :



- Par la suite lorsque le rosier va grandir, pour ne pas détériorer votre treillage, attacher les tiges du rosier devant le treillage sans les laisser se glisser entre le mur et le treillage.

Plus d'articles :